Cojardinage

L’art de mener à bien une collaboration potagère

 

Un couple travaillant le potagerpretersonjardin.com, c’est aussi un état d’esprit, une manière différente d’envisager son environnement, ses rapports aux autres et de privilégier l’ouverture, le respect, l’entraide et les joies du partage.

Avant de prêter son jardin à un jardinier, de profiter du plaisir de voir pousser des légumes sur sa terre et de les savourer, il est important d’être clair sur ce que chacun attend d’une telle collaboration potagère.

Ouvrir son jardin c’est d’abord faire une rencontre. C’est faire part de ses expériences, puis proposer un projet de manière à ce que tout le monde y trouve son avantage.

Pour qu’un échange de bons procédés fonctionne, il est bon d’établir un cadre dès le départ.

 

pretersonjardin.com vous propose un modèle que vous pouvez télécharger : Contrat de prêt à titre gratuit d'un jardin potager.

 

 

Plus le projet est réfléchi en amont, meilleure est sa réalisation, alors n'hésitez pas à poser sur le papier le plan de l'organisation future. Voici quelques suggestions et autres conseils avisés qui vous permettront de partir sur de bonnes bases. 

Le propriétaire :

  • Ouvre son jardin à un jardinier pour cultiver une parcelle qui lui est prêtée en échange d’une partie de la récolte ou pourquoi pas, de l’entretien de son jardin.
  • Emet ses préférences concernant l’emploi du temps pour venir s’occuper du jardin (le matin, l’après-midi, en soirée, la semaine, le week-end) et prévient le jardinier si le terrain n’est pas accessible certains jours.
  • Facilite l’accès à l’eau d’arrosage et dans son intérêt peut proposer l’installation de récupérateurs d’eau de pluie.
  • Partage ses outils, son matériel de jardinage.
  • Il peut aussi envisager de donner un coup de main, car c’est bien connu, un travail en équipe est souvent plus stimulant et les résultats toujours très satisfaisants.
  • Il peut vouloir choisir les fruits et légumes qu'il aimerait y voir pousser et participer à l'achat des graines et des plants.
  • S’informe si le jardinier a l’intention de s’occuper seul de son coin de jardin ou bien avec l’aide de son conjoint ou de ses enfants… ces conditions dépendant de votre accord préalable.

 

Le jardinier :

  • Est responsable de la parcelle qui lui est prêté et il s’engage à partager les fruits de son labeur à proportion de 1/ 4 ou 1/5 (par exemple) de la production obtenue ou bien, selon l’entente préalable, assume l’entretien du jardin.
  • Doit maintenir la parcelle prêtée propre et en bon état.
  • S’engage à mener à bien les cultures en cours et prévient à l’avance le propriétaire s’il est obligé d’y mettre un terme, de façon provisoire ou définitive.
  • Privilégie une culture écologique, dans le respect de l’environnement, avec un usage raisonné de l’eau d’arrosage.
  • Veille à ne pas laisser de produits sensibles à la portée des enfants et des animaux domestiques.
Rappelons que le prêt d’une parcelle de jardin se limite à la culture de la terre. Il ne s’agit pas, comme dans les jardins familiaux ex-jardins-ouvriers, d’un lieu d’agrément pour y séjourner, sauf accord du propriétaire.
 
Il est conseillé aux deux parties de consulter leur Assureur pour couvrir d'éventuels dommages corporels ou matériels par une assurance spécifique.

Beaucoup de choses sont envisageables à partir du moment où elles sont formulées clairement. Une fois le contrat écrit ou moral établi, il ne reste plus que le plaisir de voir pousser les belles plantes et de croquer dans les fruits de son potager.

Ces informations sont posées à titre d’exemple. Ceci n’a rien d’un formulaire contractuel et en aucun cas il ne peut être considéré comme tel.